htoL#NiQ: The Firefly Diary – Une petite perle de réflexion sur PS Vita

htoL#NiQ: The Firefly Diary Bandeau Zoom

Je vous ai présenté il y a quelques semaines le contenu de l’édition limitée de htoL#NiQ: The Firefly Diary, voilà que je suis enfin en mesure de pouvoir vous écrire un article sur le jeu lui même. Cette exclusivité PS Vita est difficile au possible mais cela n’est pas déplaisant pour autant. Passons sans plus attendre à sa présentation, une première pour un jeu Vita sur Pimy.fr !

The Firefly Diary Stage 4-1

Sorti au Japon le 19 juin 2014, l’attente aura été longue pour les occidentaux puisqu’il est sorti le 4 mars dernier en Europe uniquement sur le PSN. Dans ce jeu de réflexion aventure, vous prenez le contrôle de Mion, une petite fille muette retrouvée au milieu d’un monde en ruine dans lequel il faudra la guider. Elle est accompagnée d’une petite fée nommée Hotaru, cette dernière vous sera d’une aide précieuse puisque le gameplay est centré sur ce petit être. On ne sait rien de plus quant à l’histoire,  des morceaux de mémoire appartenant à Mion sont disséminés dans les niveaux à vous de les retrouver pour comprendre ce qu’il s’est passé.

The Firefly Diary Stage 2

htoL#NiQ: The Firefly Diary propose la particularité de pouvoir jouer toute l’aventure avec les deux écrans tactiles de la console : l’écran de jeu vous permet de contrôler de la fée Hotaru, que Mion suit absolument partout. Elle vous permettra d’éclairer les endroits sombres ou effectuer diverses actions, comme appuyer sur un bouton ou pousser des obstacles. Le tactile arrière fige le temps et vous donne le contrôle d’une autre petite fée rose, cette dernière est capable de circuler uniquement dans les ombres. En combinant les deux fées et l’environnement de jeu il vous incombera la tâche de vous creuser les méninges afin de préparer le passage plus sûr pour Mion. Dans certaines situations, jouer avec le timing des monstres vous attaquant sera de mise pour pouvoir vous sauver. Les réfractaires du tactile rassurez-vous, il est également possible de jouer avec les boutons mais l’expérience en sera moins prenante.

The Firefly Diary Stage 1

Les graphismes et le chara-design sont à mon sens sublimes, c’est ce qui m’a poussé à acheter ce htoL#NiQ: The Firefly Diary. Les environnements sont variés, on passe ainsi d’un monde en ruine à une grande forêt sans oublier une usine pas très accueillante. Ça fourmille de détails, le fait de déplacer Hotaru plus ou moins loin agrandit l’écran de jeu et la patte graphique est soignée, avec un écran OLED de la Vita qui fait vraiment ressortir les couleurs. En comparaison, la 3DS fait vraiment pâle figure, quel dommage que la Vita ne soit pas plus exploitée.

The Firefly Diary Ombre

Le fait que les graphismes soient mignons ne reflètent en rien son contenu. En plus d’un jeu de réflexion, htoL#NiQ: The Firefly Diary est doublé d’une forte dose de Die & Retry. Mion peut mourir d’une bonne centaine de façon différentes : de la noyade jusqu’à se faire dévorer, tout y passe. Le jeu ne pardonne rien et la moindre erreur peut être fatale, le tout renforcé par le fait que Mion soit extrêmement lente. À la différence d’un Dark Souls par exemple, Mion ne possède aucun skill de défense ou de quelconque arme, la fuite et l’esquive sont vos seules chances de salut. Pour contrebalancer tout ça les checkpoint sont très présents (après chaque énigme), vous permettant de ne pas trop perdre en progression. La durée de vie est assez longue pour un jeu de cet acabit, je suis presque à la fin et j’ai environ une quinzaine d’heures à mon actif. Après n’étant pas une habituée du genre, d’autres le finiront en moins de temps.

The Firefly Diary Stage 3

Côté musiques nous nous retrouvons dans une ambiance très minimaliste, aux morceaux flottants voire reposants qui retranscrivent bien les émotions de la petite Mion. Au total, 17 pistes composent la bande originale soit un peu plus une heure de musique dont je vous en laisse la playlist ci-dessous.

Sous ses airs de jeu mignon, htoL#NiQ: The Firefly Diary est en réalité d’une difficulté redoutable. Pour l’anecdote, j’ai débloqué le trophée « mort plus de 100 fois », je ne sais pas si je dois en être fière ou non… Bien que Mion soit muette et lente au possible on a finalement envie de la guider dans ce monde et comprendre quelle est son histoire et ce qu’il s’est passé. htoL#NiQ: The Firefly Diary fait partie de ces petits jeux qui ont reçu un accueil mitigé par la critique, notamment au niveau de sa difficulté et de son gameplay au tactile, mais il ne faut pas pour autant s’en arrêter là. Rappelant de loin un certain Limbo, le jeu gagne à être connu est son prix est plutôt raisonnable (14,99€). Pourquoi ne pas vous laisser tenter lors des prochaines soldes du PSN ? 🙂

Laisser un commentaire